L’amour sauvage

le

La cave !

J’ouvre page 25 :

Dans la petite assiette trouvée dans la salle de bains, le collier à pendentif achevait de flamboyer dans les dernières flammes de l’alcool à brûler. Joan le saisit avec des doigts prudents. Elle souffla.
— Ça y est, c’est refroidi.
Elle passa le collier autour de son cou.
— Je n’aime pas ça, murmura Marc.
Elle le fixa :
— Tu as bien une chaînette avec une médaille de la Sainte Vierge autour du cou !
— OK, mais ma médaille à moi, elle n’est pas bizarre. Tu as bien vu ce que t’a donné le lépreux !
Joan souleva sa « médaille » à elle.
— M…!, jura-t-elle, ce n’est pas vrai.
Sous la lampe du plafond bas qu’ils avaient allumée, l’évidence lui sautait aux yeux : le « médaillon » offert par le lépreux, en argent sans doute, ressemblait à s’y méprendre à un sexe de femme.

L’amour sauvage. Martin Connors. Présenté par Gérard de Villiers.
Éditions Plon, 1984.

Vraiment trop cher !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s