Les voix intérieures

La cave ! son imprévisible diversité… J’ouvre page 133 : Oh ! ne regrette rien sur la haute colline Où tu t’es endormi ! Là, tu reposes, toi ! Là, meurt toute voix fausse. Chaque jour, du Levant au Couchant, sur ta fosse Promenant son flambeau, L’impartial soleil, pareil à l’espérance, Dore des deux côtés,…