Lévi-Strauss

le

Bibliothèque de gauche. Préhistoire et anthropologie.

J’ouvre page 227 :

De l’art du balayage : sur la voie des sciences physiques.

Dans les années soixante-dix, comme je me trouvais par hasard dans le grenier poussiéreux d’une ancienne grange catalane chez l’ethnologue Robert Jaulin, celui-ci me voyant asperger d’eau les monceaux de poussière accumulée au sol avant de la ramasser à la pelle, me dit d’un ton narquois : « On voit bien que vous êtes structuraliste, vous ne savez pas balayer. » Je protestai que ma méthode de balayage n’avait rien à voir avec le structuralisme ou toute autre théorie d’intellectuels parisiens, mais provenait du bon sens paysan que j’avais vu à l’œuvre en Vendée : on arrose d’abord la poussière pour qu’elle ne s’envole pas, au lieu de l’envoyer valser partout à grand coup de balai comme il le faisait en citadin novice. En tant que praticienne de l’analyse structurale et disciple de Lévi-Strauss, j’ai dû ainsi plus d’une fois me défendre d’appartenir à une sorte de secte dont les membres suivraient au pied de la lettre une série de règles n’ayant aucun rapport avec la réalité concrète et dictées par un maître dont on se demandait s’il descendait tout droit d’un Rousseau nostalgique ou, par un biais, d’un Kant atrophié, ou, par un autre, de Zénon renaissant des cendres de l’éléatisme ou de Leibniz et de sa monadologie.

(article de Bernadette Bucher)

Lévi-Strauss. Cahier n° 82, dirigé par Michel Izard.
Éditions de l’Herne, 2004.
Chez l’éditeur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s