813

le

Les romans policiers, c’est leur tour. Mais Lupin, en ce moment ? Je n’y suis pour rien.

J’ouvre page 213 :

« Monsieur,
« Vous êtes averti que le prince Paul Sernine, qui se dit l’ami de Mme Kesselbach, n’est autre qu’Arsène Lupin.
« Une seule preuve suffira : Paul Sernine est l’anagramme d’Arsène Lupin. Ce sont les mêmes lettres. Il n’y en a pas une de plus, pas une de moins. »
« Signé: L.M. »
Et M. Weber ajouta, tandis que Valengley restait confondu :
« Pour cette fois, notre ami Lupin trouve un adversaire à sa taille. Pendant qu’il le dénonce, l’autre nous le livre. Et voilà le renard pris au piège.
— Et alors ? dit Valengley.
— Et alors, monsieur le président, nous allons tâcher de les mettre d’accord tous les deux… Et pour cela, j’emmène deux cents hommes. »

813. Maurice Leblanc.
Le Livre de Poche, policier, n°1655/1656 .
Une présentation, ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s