Caravanes

le

Sous les poètes du mur ouest, grande revue.

J’ouvre page 103 :

C’est un archéologue du BLM qui m’avait indiqué, avec une réticence compréhensible, où je trouverais cette gravure rupestre. J’avais déplié sur mon bureau ma carte de l’Automobile Club représentant l’Imperial County, dans le Sud californien, sur laquelle il avait tracé la route à suivre au crayon feutre rose. Le trait croisait la Nationale 8, puis s’incurvait vers l’ouest pour longer la frontière mexicaine.
— Arrivé à peu près là, on ne peut pas aller plus loin, m’avait-il dit, en marquant l’endroit d’une petite croix. Le fond est encombré par des éboulis. Faut continuer à pied.
Sur une feuille, il m’avait dessiné à plus grande échelle le cours de l’arroyo que je devrais remonter pour gagner un certain point, à partir duquel, en coupant vers l’est, je tomberais sur un autre arroyo. A la tête de celui-ci, sur un terrain en surélévation situé exactement au nord, je trouverais le cheval.
— Pas facile à localiser si on ne sait pas qu’il est là. Mais une fois que vous l’aurez repéré…

(Le cheval de pierre. Barry Lopez)

Caravanes, n° 3. Littératures à découvrir. Revue annuelle de littérature, dirigée par André Velter et Jean-Pierre Sicre.1991.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s