Le chat qui parlait aux oiseaux

le

Polars, là-haut. Étagère F.

J’ouvre page 137 :

— Fort bien. Yom Yom chasse les insectes et Koko prend des cours de chant avec les oiseaux.
Après avoir raccroché, Qwilleran se tourna vers Koko qui écoutait de toutes ses oreilles :
— C’était Elizabeth Hart. Elle a demandé de tes nouvelles.
Tandis que Qwilleran préparait le dîner des siamois, ils eurent leur heure de joyeuse détente féline et se pourchassèrent du haut en bas de la rampe. Pour monter, Koko était le chasseur et Yom Yom la pourchassée. Arrivée au sommet, elle freinait des quatre pattes et le poursuivait à son tour jusqu’en bas. Temps record : seize secondes.

Le chat qui parlait aux oiseaux. Lilian Jackson Braun. Traduit de l’américain par Marie-Louise Navarro.
Éditions 10/18, Grands Détectives, n° 3020, 1998.
Sur Babelio

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s