PAYSAGE D’AIGRE MORTE

le

Revues de poésie, grands formats, sous les poètes du mur ouest.

J’ouvre page 8 :

PRUNES

Encre givrée au petit matin
la prune n’est que cela
n’est que cela
encre givrée dans la bouche

*

Sur tes lèvres cette lueur de mort
dans l’œil cette rumeur abeille
sous les paupières ombrées des feuilles
les ocres fastes qui fardent,
un instant,
la pierre

Paysage d’aigre morte. Alain Guillard.
Encres-Vives n° 215.
Toute la revue et son histoire sur le site de Michel Cosem

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Claude Baudin dit :

    🥰

    Envoyé de mon iPhone

    >

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s