États provisoires du poème II

le

Sous les poètes, avec les poètes qui parlent de poésie. Mur ouest.

J’ouvre page 25 :

La langue. Il m’a toujours paru curieux qu’un même mot désigne à la fois l’organe du langage et le langage lui-même. Cette fusion — ou confusion selon les cas — est plutôt rare de par le monde, bien qu’on la retrouve en quelques langues européennes. Mais au fond cela ne fait que traduire ou révéler une évidence : en matière de langage, l’homme dut se contenter très longtemps de la parole avant de pouvoir recourir à l’écriture, et cette mémoire, cette charge sonore du langage imprègnent toujours les mots, surtout en poésie. On sent bien que ce qui caractérise et même constitue un poème — par rapport à la prose — est un certain agencement des mots mais aussi leur musique.

(Texte de Jacques Lacarrière)

États provisoires du poème.II.
Cheyne Éditeur. 2000
Chez l’éditeur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s