La collection Brading

le

Là-haut. Pourquoi tant de polars ? Pour s’endormir paisiblement.

J’ouvre page 149 :

Miss Silver le regarda en face.
— Je me félicite que vous abordiez ce point. Dans le cas d’un meurtre, il est hors de question pour moi de dissimuler une preuve matérielle à la police. Je ne saurais non plus m’intéresser à une affaire de meurtre pour défendre des intérêts privés. J’ai souvent travaillé sur des affaires similaires et j’ai collaboré avec la police, mais ce n’est pas mon habitude de travailler pour elle. Dans le cas d’un meurtre, je n’ai qu’un but : faire éclater la vérité. Le coupable est le seul à la craindre, l’innocent est à l’abri.
De nouveau, il souleva de façon caractéristique son sourcil.
— Pour vous, c’est aussi simple que cela ? dit-il.

La collection Brading. Patricia Wentworth. Traduit de l’anglais par Bernard Cucchi.
Éditions 10/18, Grands détectives, n° 3229, 2000.
Pourquoi ne pas compléter la fiche Wikipedia?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s