Voir les yeux fermés

Rez-de-Chaussée, à plat sur Jaurès ! car trop grand pour les rayons de livres d’art dans la vitrine… J’ouvre page 95 : Par la bouche d’Ibeorgun, le démiurge kuna, une séquence d’un mythe nous dit l’origine des nuchu et précise leur usage : – Il nous faut aussi apprendre à soigner les maladies, a dit…

Richesse du livre pauvre

Contre le mur de l’escalier, avec les livres qui parlent d’art et de techniques. J’ouvre page 71 : Une simple bande, étroite, de papier,  pliée en deux. À gauche, un poème, à droite, une gouache, ou une aquarelle. Silence éraillé d’un froissement de mots cendrés ramures aux lignes tordues d’une portée mal lue et ce…

Aragon, un destin français. T. 1. 1897-1939

Pas encore en place. Double gros volume, il a du mal à se caser dans les rayons consacrés à A. J’ouvre page 463 : Que de pages du Monde réel présentent des portraits, si j’ose dire, engelsiens! Paulette Mercadier, par exemple, dans Les Voyageurs de l’Impériale : « […] tout naturellement, la monstrueuse propriété de l’homme…

Été meurtrier à Pont-Aven

Polars, les 10/18 de l’étagère E, là-haut. J’ouvre page 128 : — Vous présenterez mes hommages à Mme de Rosmadec, du manoir de La Josselière, et lui direz tout le bien que je pense de sa famille et de ses gens. Vous lui direz surtout combien je suis désolé de ne pouvoir intervenir sur le…

L’empreinte à Crusoe

Romans après Proust, bibliothèque de droite. Celui-ci vient de faire un petit voyage vers le sud. J’ouvre page 189 : il y eut plusieurs jours de ce silence et de ce calme étranges ; les bestioles les plus courantes avaient disparu ; en revanche, je voyais débouler de petites existences tortillantes, à mille pattes, qui…

Les aveux de la chair

Philosophie/Sciences sociales, bibliothèque de gauche, rayon du haut. J’ouvre page 111 : L’examen de Serenus ne porte donc ni sur des actes définis, ni sur un passé plus ou moins lointain ; il ne s’agit ici ni de fixer le tableau de ce qui a été fait en bien ou en mal, ni de relever…

Salauds de jeunes

Rayon politiques et polémiques, bibliothèque de droite, étagère supérieure (entre Aragon et les Antiques) J’ouvre page 54 : Bien connues, les statistiques du chômage apportent une confirmation supplémentaire de l’exploitation économique vécue par les jeunes. L’emploi des moins de 25 ans a beau être constamment réaffirmé comme une « priorité absolue » ou une « grande cause nationale »,…

Contre Télérama

Sociologie, bibliothèque de gauche en haut à droite. J’ouvre sur : EXOTISME C’est une chèvre à la robe blanche et noire, une chèvre que nous connaissons depuis longtemps, au moins depuis que nous avons quitté le centre-ville pour nous installer ici, une chèvre dont le pré, de taille très réduite, a peu à peu été…

Ombre et soleil

Étagère F des romans policiers qui sont relégués dans la mansarde dans laquelle je ne monte pas très souvent. J’ouvre page 91 : Elle avait eu un frisson en l’écoutant. Elle y repensa en sortant de l’ascenseur et jeta un regard à la porte sombre de Mme Malmer. Rosemary’s Baby. La pensée avait surgi de…

Pars vite et reviens tard

Les romans policiers contre le toit, étagère B, en bas. J’ouvre page 141 : — Pas forcément, dit Adamsberg. CLT manipule un univers imaginaire qui lui semble tenir debout. Ce n’est pas si rare : des quantités de gens croient qu’on peut lire l’avenir dans des cartes à jouer ou du marc de café. Là-bas,…

Les mots perdus du Kalahari

Polars, en haut. Étagère F. J’ouvre page 74 : Mma Ramotswe ignorait tout des autruches. Elle en avait vu, bien sûr, et elle savait que beaucoup de gens les appréciaient. Dans son esprit toutefois, ces volailles ne représentaient qu’un faible substitut au bétail. Elle s’imagina un Botswana couvert d’autruches plutôt que de vaches. Quel drôle…

Crimes à l’affiche

Polars – c’est l’été – étagère F de la mansarde. J’ouvre page 115 : Quand la voiture de Penrose s’engagea dans St Martin’s Lane, Josephine attendait déjà sur le trottoir, et Archie supposa qu’elle était là depuis un moment. En voyant l’anxiété gravée sur son visage, il s’interrogea sur le bien fondé de la laisser…

La rivière noire

Romans policiers, tout là-haut. Étagère D. J’ai ouvert page 7 : 1 Il enfila un jean noir, une chemise blanche et une veste confortable, mit ses chaussures les plus élégantes, achetées trois ans plus tôt, et réfléchit aux lieux de distraction que l’une de ces femmes avait évoqués. Il se prépara deux cocktails assez forts…

Caliban et la sorcière

Anthropologie, bibliothèque de gauche, vers le bas du milieu. J’ouvre page 90 : À Florence, ils n’avaient aucun droit civil : à la différence des compagnons, ils ne faisaient partie d’aucune guilde ou corporation, et ils étaient exposés aux abus les plus cruels aux mains des marchands qui, outre le contrôle du gouvernement de la…

Paroles de feu

Dans le panier à lire, au salon – mais presque lu. Ira au mur ouest. J’ouvre page 65 : Quand résonne le sifflet et que le son du coup de feu s’évanouit, il me semble voir à ce moment là une forme féminine s’esquisser à même les rayons de soleil, subjuguant le monde avec une…

Le mystère Bellini

Un roman policier de l’étagère E, sous les tuiles. J’ouvre page 181 : Palewski avait vu ces ouvertures sur le côté des canaux et en avait entendu parler précédemment. Mais il ne s’y était en fait jamais engagé. La gondole passa sous l’arche basse, le gondolier incliné, et les ombres courant dans la soudaine obscurité….