L’œuvre de Victor Hugo

Je sais que Victor Hugo était un peu spirite – mais comment pouvait-il savoir que je chercherais aujourd’hui même dans ce carton de la cave ? J’ouvre page 183 : — Ce que j’en veux faire, auguste roi de Thunes ? Voyez-vous cette rangée de statues qui ont des mines d’imbéciles là-bas au-dessus des trois…

La Bibliothèque de Poésie – 20e/21e siècle

Sous les poètes qui sont rangés sous la tapisserie sur le mur ouest, en bas à droite. J’ouvre page 184 : Une haute tour de larmes je vois une haute tour de larmes Au pied de la tour nagent méduses et couteaux ailes de froid En haut de la tour veille une sentinelle pin de…

Naissance de la poésie française. Tome II

Anthologies de poésie, sur le mur ouest, en bas à droite. J’ouvre page 65 : Scène XV. L’ange, le prud’homme. Preudons, soies joians ! N’aie nule paour ! Mais soies bien crëans Ens ou vrai Sauveour Et en saint Nicolai, Que jou de verte sai Que sen secours aras ; Le roy convertiras Et ses…

La nouvelle poésie française, L à Z

Anthologies, sur le mur ouest. En pleins vents. J’ouvre page 155 :` […] Devenu bien furieux et il aurait pu bombar —— Une centaine de fois disparaissent bêtes et gens gen- — et arbres, quand dans une demande il se Contraint par pure arrogance, et se mit à Valoriser — à bavarder pour chasser cette…

Lettre choisies du dix-huitième siècle

Littératures classiques, bibliothèque du milieu – le dix-huitième, sur le rayon du milieu. J’ouvre page 219 : À quoi sert-il, par exemple, de l’instruire des devoirs de votre état de mère ? Pourquoi lui faire retentir toujours à l’oreille les mots soumission, devoirs, vigilance, raison ? Tout cela a un son effrayant à son âge….

Découvrir les contes étranges et merveilleux

Petit coin des contes, recueillis ou inventés… En bas de la bibliothèque du milieu. J’ouvre page 89 : Le monstre vert On crut d’abord que c’étaient des faux monnayeurs qui se livraient à une orgie, et, jugeant leur nombre d’après l’intensité du bruit, on alla chercher du renfort. Mais on jugea encore que l’escouade n’était…

L’alphabet du monde

Sous la tapisserie à la droite des poètes, une anthologie de poésie pour les enfants (et les grands), parmi celles pour les grands (et les enfants). J’ouvre page 41 (je jure que c’est le hasard!) : Avec ton grand bâton tu bats celle que j’aime avec ton grand bâton diguedon je crèverai ton ventre rond…

La Bibliothèque de poésie. 18e/19e siècle.

Anthologies de poésie. Sous la tapisserie, à droite, en bas. Gros livre. Le hasard tire au sort Rimbaud. Comme c’est le premier jour de l’année, je choisis  le très connu, page 1137 : VOYELLES A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles, Je dirai quelque jour vos naissances latentes : A,…

Anthologie de la poésie française du XXe siècle. Tome 2

Mur ouest, en bas à droite. Les anthologies. J’ouvre page 393 : Démesure de la poésie Le poème est ce qui n’a ni nom , ni repos, ni lieu, ni demeure : fissure à l’œuvre se mouvant. Inutile de le circonscrire hors de paysages connus dans quelque zone aux pensées interdites, horizon d’antinature ou alors…

Signes – … 31 poètes du pays nantais …

Mur ouest – mais très grand. Se tient donc très à droite, en bout de rang (vous savez, comme l’élève trop grand sur la photo de classe). J’ouvre page 79 : des arguments pas besoin à vrai dire pour jusqu’au bout sur le sable suivre la Loire dans un sens ou dans un autre il…

Poèmes en prose

Casier en bois sous la planche des poètes grand format du mur ouest. Les grandes revues. J’ouvre page 7 : VISAGES marchant entre les rires, pavés encore humides, voix criant sans doute, on ne les entend pas, pute ou traînée, les enfants rient aussi, fenêtres, drapeaux cruels, un peu de vent caresse les visages, la…

Adieu à la lune

Un travail de poète, retrouvé à la cave, où il n’a rien à faire. Je l’ai ouvert page 68 : Bonjour, monsieur le Soleil Que faites-vous donc là ? J’fais mûrir des groseilles Pour tous ces enfants-là. Comptine. Et peut-être, royale, la Lune trône-t-elle déjà Parmi l’essaim de toutes ses fées, les étoiles. John Keats…

La Bibliothèque de Poésie. Tome 1

À l’ouest, à la droite des poètes, leurs anthologies. J’ouvre ce volume page 353 : 133 Le vêpre obscur à tout le jour clouit Pour ouvrir l’aube aux limbes de ma flamme, Car mon désir par ta parole ouït Qu’en te donnant à moi, tu m’étais dame. Lors je sentis distiller en mon âme Le…