Lettres d’amour

Petits formats pour les revues de poésie – au-dessus de la bibliothèque du milieu. J’ouvre page 6 :  » Mon À mour, Je t’aime au-delà des étoiles dont chaque réveil me parle de toi plus vive que ma défunte passion. Je suis pris par cette insistance que nos utopies livraient à l’urgence de nos baisers,…

Enfers

Revues de poésie (revue d’art aussi) petit format, bibliothèque du milieu — au-dessus. J’ouvre ici – sans numéro de page : EX-CARNE Par Yves Le Fur Corps – géodes, les squelettes constellés de pierreries de l’église St-Cosme-et- St-Damien de Gutenzell, en Bavière, fascinent par l’alliance de l’abject et du précieux l’alchimie d’une mort-cristal Enfers, numéro…

Pièces détachées

Sous la tapisserie, en bas à droite, les anthologies de poésie – petites et grandes. J’ouvre page 163 : Le monde n’a jamais été à notre dimension, la Terre tourne trop vite autour du soleil, les montagnes sont trop grosses, il y a trop d’eau dans les mers, trop de nuages dans le ciel, trop…

La Tentation de Saint Antoine

Dix-neuvième siècle, littérature, bibliothèque du milieu. J’ouvre page 73 : ANTOINE vivement, relève la tête, les regarde sans parler; puis, marchant droit sur eux : Docteurs, magiciens, évêques et diacres, hommes et fantômes, arrière ! arrière ! Vous êtes tous des mensonges ! LES HÉRÉSIARQUES Nous avons des martyrs plus martyrs que les tiens, des…

Le Cahier du Refuge

Petites (de format) revues de poésie, casier transversal inférieur, au-dessus de la bibliothèque du milieu. J’ouvre page 18 :   Ses deux noms moulent un binôme en cire de cerise   Les deux pans de sa bile coulent dans le biplan à frire la braise de ce temps (Gherasim Luca. Dessins et cubomanie. Exposition Été…

L’œuvre de Victor Hugo

Je sais que Victor Hugo était un peu spirite – mais comment pouvait-il savoir que je chercherais aujourd’hui même dans ce carton de la cave ? J’ouvre page 183 : — Ce que j’en veux faire, auguste roi de Thunes ? Voyez-vous cette rangée de statues qui ont des mines d’imbéciles là-bas au-dessus des trois…

CARAVANES , n° 1

Sur la table, à feuilleter avant  classement sous la tapisserie. J’ouvre page 118 : Dans mes veines dans mes cendres viens l’éveil, je me lève, le monde est une maison autour de mon visage, chaque fleur est poème. L’histoire vacille comme une proie l’histoire se fait plus vive – quel feu as-tu éteint, lequel as-tu…

Tes mains dans mes poches

Petits livres pas pareils. Exposé sous la tapisserie, mur ouest. Je tire l’un des livrets de l’étui : tes mains dans mes poches que devient ta main maintenant ? ta main, la main qui était dans la mienne, que devient ta main maintenant ? elle gigote l’araignée, tu as une araignée dans la main, que…

La Bibliothèque de Poésie – 20e/21e siècle

Sous les poètes qui sont rangés sous la tapisserie sur le mur ouest, en bas à droite. J’ouvre page 184 : Une haute tour de larmes je vois une haute tour de larmes Au pied de la tour nagent méduses et couteaux ailes de froid En haut de la tour veille une sentinelle pin de…

Œuvres complètes

En rang de Pléiades, au rez-de-chaussée. J’ouvre page 481 : * N’émonde pas la flamme, n’écourte pas la braise en son printemps. Les migrations, par les nuits froides, ne s’arrêteraient pas à ta vue. Nous éprouvons les insomnies du Niagara et cherchons des terres émues, des terres propres à émouvoir une nature à nouveau enragée….

Naissance de la poésie française. Tome II

Anthologies de poésie, sur le mur ouest, en bas à droite. J’ouvre page 65 : Scène XV. L’ange, le prud’homme. Preudons, soies joians ! N’aie nule paour ! Mais soies bien crëans Ens ou vrai Sauveour Et en saint Nicolai, Que jou de verte sai Que sen secours aras ; Le roy convertiras Et ses…

La nouvelle poésie française, L à Z

Anthologies, sur le mur ouest. En pleins vents. J’ouvre page 155 :` […] Devenu bien furieux et il aurait pu bombar —— Une centaine de fois disparaissent bêtes et gens gen- — et arbres, quand dans une demande il se Contraint par pure arrogance, et se mit à Valoriser — à bavarder pour chasser cette…

Progénitures

Bibliothèque de droite, romans après Proust. J’ouvre page 131 : La chichmah, ovart’ ?, quaqu’ marteau-piqueux des fois y trépider d’croup au crepi notr’ Vivett’ rongier quaqu’ arriàr’-train d’rat fumer, d’entr’, la grand’ cigarett’ russ’, d’son dentell’noir conchié remonté d’entr’ ses clavivul’ balancer la mont’, d’dassous les gros chevieux blonds, ses ortails droits assurés l’march’pied,…

Rivaginaires n° 24

Dans le casier transversal le plus accessible, au-dessus des bibliothèques, plutôt au milieu : revues de poésie petit format. J’ouvre page 74 : Un peu plus loin, un camion citerne venait de se coucher dans le fossé, les roues tournaient encore. Le chauffeur sortait, vertical, par la fenêtre, commandant d’un sous-marin échoué, quittant son bord…

Les fleurs du mal

Mur ouest – les poètes. Juste sous la tapisserie, étagère d’exposition … J’ouvre. Ouvrage non paginé. Vers le milieu : Le Cygne à Victor Hugo Andromaque, je pense à vous ! — Ce petit fleuve, Pauvre et triste miroir où jadis resplendit L’immense majesté de vos douleurs de veuve, Ce Simoïs menteur qui par vos…

Chansons

Un de ces petits livres magiques – égaré, celui-ci, au rez-de-chaussée, dans le rayon de l’Impossible. J’ouvre page du troisième poème : Cheval de bois Au visage gris Monté au froid Monté en lune Cheval de bois Au visage d’or Repousse son crin Entre tes doigts Cheval de bois Au visage rouge Tourne le soir…