Rivaginaires n° 24

Dans le casier transversal le plus accessible, au-dessus des bibliothèques, plutôt au milieu : revues de poésie petit format. J’ouvre page 74 : Un peu plus loin, un camion citerne venait de se coucher dans le fossé, les roues tournaient encore. Le chauffeur sortait, vertical, par la fenêtre, commandant d’un sous-marin échoué, quittant son bord…

Les fleurs du mal

Mur ouest – les poètes. Juste sous la tapisserie, étagère d’exposition … J’ouvre. Ouvrage non paginé. Vers le milieu : Le Cygne à Victor Hugo Andromaque, je pense à vous ! — Ce petit fleuve, Pauvre et triste miroir où jadis resplendit L’immense majesté de vos douleurs de veuve, Ce Simoïs menteur qui par vos…

Chansons

Un de ces petits livres magiques – égaré, celui-ci, au rez-de-chaussée, dans le rayon de l’Impossible. J’ouvre page du troisième poème : Cheval de bois Au visage gris Monté au froid Monté en lune Cheval de bois Au visage d’or Repousse son crin Entre tes doigts Cheval de bois Au visage rouge Tourne le soir…

Kaléidoscope

Grandes revues de poésie, dans les boîtes en bois sur le tapis, mur ouest. J’ouvre page 9 : 40 Moi l’assassin de l’ombre je tiens dans les mains la pierre des oiseaux l’étoile des seins Dans leurs chambres de palme les flaques de mes yeux sont les miroirs du ciel 41 Mon bûcher sous la…

La castration mentale

Paroles de poètes, sous les poèmes, sous la tapisserie, mur ouest (à gauche) J’ouvre page 30 : On devine que le principal apport de l’imprimerie a été de libérer la tête : plus besoin d’y ranger ce qu’on pouvait mettre sur des rayons et retrouver d’un seul coup d’œil. La tête libre appelle une nouvelle…

La prière de mon père

Poètes du mur ouest. Rayon du haut, petits formats. Un petit livre-étui avec une grande image et un CD. Ça s’ouvre au milieu, sur les agrafes : my father’s prayer I dreamt again last nigth One of those magic dreams of childhood. It began, like my newest dream of maturing, amicable enough for laughter, exchange…

L’œuvre poétique. Tome V.

Mur de l’escalier. J’aime ce gris et ce rouge, et plus je remonte vers l’enfance, plus je les aime. Pourquoi ? J’ouvre page 181 : Et il n’y a pas à dire qu’alors mes poèmes sont considérés comme étrangers désormais au surréalisme, puisque nous allons arriver au jour où l’inculpation dont je suis, ils sont,…

Etats provisoires du poème – XII

Livres et revues qui pensent la poésie, aux pieds des poètes, mur ouest. J’ouvre page 58 : Orphée à l’agora Ainsi, un jeune homme fin, et de bonne volonté, qui fut mon élève en khâgne, s’interrogeait-il sur 1956. Nous en venons ensemble aux vrais mouvements des temps, à l’émeute d’événements, à la complexité d’une réalité…

Expérience réalisée…

Petits livres étranges, sur le mur ouest tout contre les poètes. J’ouvre vers le milieu (non paginé) : (n.b.: la double page présente à gauche la reproduction une image réalisée en papier couleur découpé, qui fait face à de petites fenêtres permettant de lire des fragments du texte de la page suivante) Texte entendu par…

Le rouvre et l’opéra

Boîtes d’archives en bois, au pied du mur ouest – sous les anthologies. Grandes revues. J’ouvre page 5 : HALLE Le rideau se lève sur les arbres et le ciel La grande halle va réfléchir les interrogations et les béatitudes   À chaque pulsation nouvelle tu t’accordes au liège et au lin aux heures lisses à…

L’alphabet du monde

Sous la tapisserie à la droite des poètes, une anthologie de poésie pour les enfants (et les grands), parmi celles pour les grands (et les enfants). J’ouvre page 41 (je jure que c’est le hasard!) : Avec ton grand bâton tu bats celle que j’aime avec ton grand bâton diguedon je crèverai ton ventre rond…

Œuvres complètes, tome 2.

Les Pléiades, au rez-de-chaussée, dans leur armoire vitrée. J’ouvre page 865 : ERIC PETERS-MATISSE « Il était simple et bon  — il aimait toutes les bêtes, il ne voulait pas que l’on tue, même une araignée ». C’est sa mère qui le dit. On le transporta en camionnette, pour le fusiller, de Fresnes au Mont_Valérien, avec son…

La Bibliothèque de poésie. 18e/19e siècle.

Anthologies de poésie. Sous la tapisserie, à droite, en bas. Gros livre. Le hasard tire au sort Rimbaud. Comme c’est le premier jour de l’année, je choisis  le très connu, page 1137 : VOYELLES A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles, Je dirai quelque jour vos naissances latentes : A,…

Filigranes – n° 4

Revues de poésie, petits formats au-dessus de la bibliothèque du milieu. Un exemplaire qui semble avoir été chipé à un ami… J’ouvre page 38 : 1 ma chaise de plastique et de toile l’hypermarché me l’a offerte pour quelques sous avec des accoudoirs pour se tourner les pouces ou pour appliquer — alternativement — sur…

Anthologie de la poésie française du XXe siècle. Tome 2

Mur ouest, en bas à droite. Les anthologies. J’ouvre page 393 : Démesure de la poésie Le poème est ce qui n’a ni nom , ni repos, ni lieu, ni demeure : fissure à l’œuvre se mouvant. Inutile de le circonscrire hors de paysages connus dans quelque zone aux pensées interdites, horizon d’antinature ou alors…

La seule langue inconnue

Revues de poésie, petit format – casier transversal inférieur, au-dessus de la bibliothèque du milieu… J’ouvre page 23 : Il restait pourtant des traces que les eaux ont croisées Une part de moi s’est faite plaie une part de cœur s’est faite poussière toute l’absence a atteint la frontière et il n’y a plus rien…