Album Prévert

Rangée des pléiades, dans la vitrine. À la lettre P. J’ouvre page 127 : Fac simile de l’édition originale de Lumière d’homme Somnambule en plein midi même la viande sur la fourchette même la fourchette à la main toujours très près des camarades mais si loin tout de même si loin et donner la pâtée…

Richesse du livre pauvre

Contre le mur de l’escalier, avec les livres qui parlent d’art et de techniques. J’ouvre page 71 : Une simple bande, étroite, de papier,  pliée en deux. À gauche, un poème, à droite, une gouache, ou une aquarelle. Silence éraillé d’un froissement de mots cendrés ramures aux lignes tordues d’une portée mal lue et ce…

La nouvelle poésie française

Rayons du mur ouest, avec les autres anthologies poétiques. J’ouvre page 201 : 3 Comment croire à une histoire ayant commencement et fin Derrière et devant la maison où rien n’est semblable Dehors et dedans ne sont pas accordés. 4 Faut-ils qu’ils nous sachent derrière la façade étonnés de leur silence lorsque le vin et…

Passages

Poètes, vous êtes assignés au mur ouest, que cela vous plaise ou non. J’ouvre page 38 : Hermaphrodites de la langue, ton fils s’écoule entre mes doigts. Peur qui se reflète dans ce miroir de chair. Nos pas s’entrelacent sur cette eau laiteuse. De brume à brume, nous étions deux à déchirer nos linceuls. Tu…

La Nature

Petits classiques, série latin, casier transversal inférieur, au-dessus de la bibliothèque de gauche. J’ouvre page 54 : Livre cinquième Épicure a découvert le bien le plus précieux : la sagesse Est-il un talent assez puissant pour composer un poème à la hauteur de ce sujet grandiose, à la mesure de pareilles découvertes ? une voix…

Elsa

Poésie – rayon Aragon, bibliothèque de droite, étagère supérieure, en bas. Nous n’en finissons pas. J’ouvre page 46 : L’amour de toi qui te ressemble C’est l’enfer et le ciel mêlés Le feu léger comme les cendres Éteint aussitôt que volé L’amour de toi biche à la course C’est l’eau qui fuit entre les doigts…

Capitale de la douleur

Poètes du mur ouest. Petits formats. J’ouvre page 126 : LES NOMS : CHÉRI-BIBI, GASTON LEROUX Il a dû bien souffrir avec ces oiseaux ! Il a pris le goût des animaux, faudra-t-il le manger ? Mais il gagne son temps et roule vers le paradis. C’est BOUCHE-DE-CŒUR qui tien la roue et non CHÉRI-BIBI….

Le Lutrin – L’Art Poétique

Petits classiques, très mauves, dans le casier transversal au-dessus de la bibliothèque de gauche. J’ouvre page 96 : Un poème excellent, où tout marche et se suit, N’est pas de ces travaux qu’un caprice produit : Il veut du temps, des soins ; et ce pénible ouvrage Jamais d’un écolier ne fut l’apprentissage. Mais souvent…

Cahier du Refuge n° 38 bis

Casier transversal, du dessous, au-dessus de la bibliothèque du milieu : revues de poésie petit format. J’ouvre page 23 : STEPHANE MACOVEI 15 ans, vit à Bucarest. A déjà publié dans les revues Azi et 2000. A lu ses poèmes à l’Université de Bucarest (cénacle de la section philologique) à l’institut culturel hongrois. Joue de…

Paroles de feu

Dans le panier à lire, au salon – mais presque lu. Ira au mur ouest. J’ouvre page 65 : Quand résonne le sifflet et que le son du coup de feu s’évanouit, il me semble voir à ce moment là une forme féminine s’esquisser à même les rayons de soleil, subjuguant le monde avec une…

Toujours et jamais

Petit livre de poète en bleu clair sur le mur ouest. J’ouvre page … non paginé ; vers le milieu. L’ÉMOTION C’est à grands coups de balai dans l’écurie qu’il a enseigné la meilleure discipline à ses enfants, ces propres à rien. Les soirs d’hiver dans le grand lit, ses silences ont découragé sa femme,…

Rivaginaires n°13

Revues de poésie (les grands formats) dans les boites en bois sous la planche la plus basse du mur aux poètes, mur ouest. J’ouvre là : Tes nuits sont de la terre et tes jours sont tes mains oasis au goût de mots jambes aussi glaïeuls lointains la serpe à rêve de tes lèvres Ce…

Ici-bas

Poètes grand format, mur ouest, on le sait. J’ouvre page 52 : Une époque achevée avec ses longs couloirs à demi effacés le même chat dans la pénombre mais ce n’est qu’un sac de plastique ou qui se terminaient en plein milieu comme ce hangar sur les pistes et d’énormes gaillards aussi comme dans les…

L’égal des dieux

Le Rayon poésie, grands formats. Mur ouest. Sous la tapisserie. Ouvert page 29 : CHANSON Je suis un Demidieu quand assis vis-à-vis De toy, mon cher soucy, j’escoute les devis, Devis interrompus d’un gracieux soubrire, Soubris qui me détient le cœur emprisonné ; Car en voyant tes yeux je me pasme estonné, Et de mes…

La Diane Française

Bibliothèque de droite, étagère supérieure, rayon Aragon. Papier d’après-guerre, beaucoup feuilleté, beaucoup lu. J’ouvre page 35. Lisez ou chantez. IL N’Y A PAS D’AMOUR HEUREUX Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa force Ni sa faiblesse ni son cœur Et quand il croit Ouvrir ses bras son ombre est celle d’un croix Et quand…

Iliade – IV

Avec mes antiques, bibliothèque de droite, étagère supérieure, plutôt vers le haut. J’ouvre page 79 : Πηλείδης δ’έποσουσε ποσὶ κραιπνοῐσι πεποιθώς. Ἠύτε κίρκος ὄρεσφιν, ἐλαφρότατος πετεηνὼν, ῥηιδίως οἶμήσε μετὰ τρήφωνα πέλειαν, ἡ δέ θ’ ὗπαιθα φοβεῖται, ὁ δ’ ἐγγύθεν ὀξὺ λεληκὼς ταρφέ’ ἐπαίσει, ἑλέιν τέ ἑ θυμὸς ἀνώγει. Et le fils de Pélée s’élance, sûr…