La boîte oblongue

Mais à quoi joue le hasard, pour sortir Poe juste après Baudelaire ? Romans traduits  bibliothèque de droite   J’ouvre page 103 : Jusqu’alors, l’affection très sincère qu’il portait à M. Pennifeather (nonobstant la façon indigne dont le jeune homme s’était conduit à son égard) l’avait poussé à faire toutes les hypothèses que l’imagination pût…

La morte du Bombay Express

Polars, tout en haut. Étagère B. J’ouvre page 99 : Alors que Doc était généralement apprécié de tous, et des femmes en particulier, celle-ci semblait éprouver pour lui une violente antipathie. Le fait était assez rare pour être souligné, mais cette pluie de piques l’amusait plutôt. — Et si nous parlions de votre suspect, Bijal…

Loterie solaire

Casier transversal supérieur, là où repose la S.F. J’ouvre page 91 : 10 Le robot MacMilan parcourait imperturbablement le passage pour collecter les billets. Le soleil impitoyable de midi était réfléchi sur la coque élancée et brillante de la fusée inter-continentale. Loin en dessous s’étendait la vaste étendue bleue de l’océan Pacifique, éternel et immuable…

Les 3 yeux

En haut dans la mansarde, avec les autres Leblanc – même si Arsène n’y est pas. J’ouvre page 68 : « Mon cher Victorien, Les récents événements, et certaines circonstances fort graves que je te raconterai, prouvent que je suis l’objet d’un complot savamment ourdi contre lequel j’ai peut-être déjà trop tardé à me défendre personnellement….

Une très mauvaise farce

Romans policiers, mansarde, étagère E. J’ouvre page 139 : — Vous voulez dire qu’un gamin de la fac… Piper hocha la tête. — La substance toxique essentielle du sumac vénéneux s’appelle l’urushiol, nom que lui a donné le chimiste japonais qui le premier a décelé le même élément dans l’arbre à laque — duquel, comme…

Le visage de l’ennemi

Les romans policiers de la mansarde. Anglaises fin de siècle. Étagère D. J’ouvre page 139 : — Laissez-moi sortir ! Maman ! Maman ! pas de réponse. Elle colla l’oreille contre le battant mais n’entendit pas un bruit. De nouveau elle tapa sur la porte. Aux bruits sourds que faisaient ses poings contre le bois,…

L’héritage Alington.

Les romans policiers, encore (j’ai un peu traîné les pieds, ces derniers temps, je rattrape).  Étagère C. J’ouvre page 85 : George, lui, épousa une héritière à la santé fragile — une personne insignifiante qui possédait une immense fortune — avec laquelle il vécut ni heureux, ni vraiment malheureux. C’est tout ce que l’histoire aura…

La porte aux sept serrures

Policiers d’avant guerre, au grenier, étagère B. J’ouvre page 84 : Il disparut un moment et revint avec un classeur. — Cest bien cela. Cody vennait d’acheter la propriété en Australie et, un mois plus tard, Stalletti nous loua Gallows Cottage… Gallows !… Quel nom bizarre et triste, évocateur des drames du Moyen Âge. —…

L’ombre du caméléon

Polars, là-haut dans ma mansarde. Pas rangé. J’ouvre page 65 : […] À qui vous fait-elle penser ? — À Uma Thurman. Acland acquiesça. — Elle joue de cette ressemblance, persuadée que ça l’aidera à obtenir des rôles, mais j’ai un souvenir plus précis d’Uma Thurman dans Bienvenue à Gattaca que de Jen. C’était son…

Tous à Estrevin

S.F et fantasy. Casier transversal supérieur, au-dessus de la bibliothèque de gauche. J’ouvre (s’ouvre, en fait) page 114 : Or, si le Pain Eucharistique, la Substance d’Amour, est fait non pas de froment mais de millet, cela signifie que d’immenses perspectives allégoriques nouvelles s’ouvrent à nous. Car le millet, bien qu’il fût devenu le pain…

L’œil de Dieu

Rayon 10/18, étagère F, romans policiers au grenier. J’ouvre page 117 : Kathryn raya cette dernière question d’un coup de plume pour revenir aux précédentes et y réfléchir. Thomasina apporta une cruche de bière avec une assiette de pain et de fromage. Sa maîtresse la remercia, puis mangea et but la tête ailleurs. Elle laissait…

Pélagie et le bouledogue blanc

Dans la mansarde aux polars, un rrrusse. J’ouvre page 162 : — Et vous, Donate Abramovitch, pourquoi vous me regardez avec cet air lugubre ? Vous me désapprouvez ? À moins que vous n’ayez de la peine pour les petits cabots ? Mais dites-moi, est-ce vrai ce qu’on dit, que votre femme pesant ses deux…

La conspiration des miroirs

Polars, là-haut, étagère F. J’ouvre page 97 : « Bonsoir, messire Alighieri, s’écria Franceschino Colonna en ôtant son bonnet avec ostentation. Et vous, rendez hommage au prieur de Florence ! » lança-t-il à ses trois compagnons. Ceux-ci baissèrent la tête et marmonnèrent quelques mots. « Qu’est-ce qui vous amène ici, Colonna ? La route de Rome est loin…

Le rabbin s’est envolé pour Israël

Romans policiers, dans la mansarde – étagère F J’ouvre page 247 : « Où veux-tu en venir ? » dit Roy, mal à l’aise. 3Quand as-tu été interrogé, lundi ? mardi ? » « Mardi. » « Bon », dit Dan, « nous sommes vendredi soir et tu ne l’as toujours pas reçu. Dans un pays comme celui-ci, entouré de nations avec qui…

Crimes dans la soie

On Vieux polars du grenier – étagère C. J’ouvre page 180 : CHAPITRE XIX Je connais un bon tour que j’aimerais voir faire , dit Malone, agressif. Il consisterait à faire disparaître toute votre sacrée clique de façon que je puisse rentrer chez moi et dormir un peu. Il alluma un nouveau cigare et jeta…

La combe du nocher

Un « Grands détectives », sous les combles (étagère E) J’ouvre page 137 : — Tu ne peux pas rompre ton contrat d’apprentissage ! s’exclama dame Joan, sortant enfin de l’apathie qui s’était abattue sur elle ces dernières heures. — Notre contrat est passé avec maître Peter, et il n’est pas là, fit valoir Rob, triomphant —…