Amour et sparadrap

Mansarde et polars. Étagère B. J’ouvre page 108 : N’eût été le désordre indescriptible régnant dans la pièce, le corps de Samuel O’Casey qui commençait à remuer et les visages marqués des combattants, personne n’aurait pu supposer que ces gens paisibles, assis ou discutant tranquillement, venaient de se livrer à une bataille sans merci. Malcolm…

Lord Peter et le Bellona Club

On remonte le second escalier, pour prendre dans la mansarde, étagère C, un polar. J’ouvre page 92 : Ils se hâtèrent de descendre, et ils attendaient le passage d’un taxi lorsque Wimsey fit soudain un bond vers le coin obscur d’une porte cochère et agrippa celui qui s’y dissimulait. Il y eut une courte lutte,…

La fortune vient à quatre heures

Polars (anciens), étagère C, sous les combles. J’ouvre page 59 : — Alors, vous n’y avez pas du tout mis les pieds, c’est bien ça ? demanda Johnny. — Non, j’ai tout simplement attendu que vous me tombiez dans les bras ! répliqua ironiquement Partridge. — Comment pouviez-vous savoir que nous viendrions ici ? —…

Un endroit discret

Romans traduits en français. Bibliothèque de droite, rayon au ras du sol. J’ouvre page 112 : 11 « À ce moment là, c’était donc Kônosuke Kubo qui me regardait ? » Depuis qu’il avait entrevu le visage du secrétaire général de l’entreprise de textile R, cette réflexion ne le quittait plus. … C’était par un après-midi lumineux…

L’homme à rebours

Casiers transversaux sur la bibliothèque, gauche, mais vers le centre. J’ouvre page 81 : — C’est écœurant! Je me retourne pour voir à qui s’adresse cette expression de mépris. Un enfant, figé au milieu de l’allée dans une attitude coupable. Une jeune femme se tient devant lui; ses traits expriment le dégoût de qui vient…

Le petit homme de l’Opéra

Sous les combles, l’étagère E – grands détectives en 10/18. J’ouvre page199 : « Drôle de rue, on se croirait au fond d’un ravin surplombé d’un pont ferroviaire, manque un train essoufflé. Oh, un escalier comme à Montmartre, en miniature, s’entend. Imaginerait-on que le Cours de Vincennes se cache derrière ces jardins ? C’est d’un calme!…

Coup bas à Hyderâdâd

Polars, la-haut sous les combles, étagère B. J’ouvre page 102 : « Dodus, mes garçons », se dit Bashir avec satisfaction. Les empoignant l’un après l’autre avec autorité, Malika essuyait, torchait, mouchait ses petits frères, examinant sans complaisance les yeux barbouillés de khôl et les cheveux emmêlés qu’elle fouillait d’un doigt expert. Elle ne les abandonna un…

Le chat qui parlait aux fantômes

Mansarde à polars, étagère F – 10/18 J’ouvre page 49 : Qwilleran réfléchit. Les fleurs seraient des chrysanthèmes dorés et rouille, sans aucun doute. Il prit la lettre suivante datant du 30 septembre et nota un changement notable d’humeur. Iris Cobb écrivait : Chers Dennis et Cheryl, Je suis terriblement bouleversée. Je viens d’avoir les…

Meurtre en Mésopotamie

Polars, tout en haut. Étagère B, tout Agatha. J’ouvre page 84 : Miss Johnson secoua négativement la tête. — Non, je ne me souviens d’aucun bruit de ce genre. — Vous étiez assise à une table, sans doute ? De quel côté étiez-vous tournée ? Vers la cour ? Vers la salle des antiquités ?…

Les ennuis de Sally West

Polars, 10/18, étagère C, sous les combles. J’ouvre page 149 : — Je ne savais pas que lire les lettres des autres était un de vos talents. Ça ne se fait pas, en Angleterre. Il eut un sourire doucereux. — En Belgique non plus. Ne vous affolez pas… Je n’ai pas lu vos lettres. Je…

Meurtre en coulisses

Romans policiers – rayon 10/18, étagère F – pour regrouper les Marsh. J’ouvre page 9 : I – Martyn au Vulcain En tournant dans Carpet Street, elle songeait à la situation désastreuse où son entêtement l’avait menée. Mais elle continuait d’avancer, refusant de céder à la fatique, obligeant ses pieds à se lever l’un à…

L’hérétique et son commis

Dans les combles, les romans policiers, étagères 10/18 (F) J’ouvre page 247 : Frère Cadfael, qui pourtant ne passait pas pour un homme hésitant, avait consacré toute la matinée plus une heure en début d’après-midi à passer en revue les événements de la veille et à tenter de démêler ce qui, parmi les sensations qui…

Les maisons d’Iszm

Science-fiction, casier transversal, sommet de la bibliothèque, à droite. J’ouvre page 96 : Farr se tourna vers Jde Patasz. « J’avais cru comprendre qu’il était mort. — Et il l’est, à tous points de vue pratiques. Il n’est plus Chayen XIV de Tente, baron de Castel Binicristi. Sa personnalité a disparu, il n’est plus qu’un organe,…

Dimanche, le rabbin est resté à la maison

Polars là-haut. Étagères 10/18. J’ouvre page 124 : — Tu veux dire que tu n’as pas d’argent pour revenir en bus ? — Je n’ai qu’une pièce de dix cents. C’est la vérité. Je dois récupérer quelques sous que j’ai avancés au magasin au vieux Begg, qu’il a oublié de me rendre et moi de…

Maigret se trompe

Allons bon, encore un polar. Mais de cave, cette fois. J’ouvre page 75 : Maigret fut surpris, en effet, si surpris qu’il fut un instant sans parler. — De combien de temps ? finit-il par questionner. — Environ six semaines. Il est probable qu’elle ne le savait pas. Si elle le savait, ce n’est pas…

L’interprétation des meurtres1

Meurtres dans les combles, étagère C. J’ouvre page 183 : Je m’éveillai à six heures en ce mercredi matin. Je n’avais pas rêvé de Nora Acton – du moins à ma connaissance – , mais dès que j’ouvris les yeux  dans mon étroite chambre d’hôtel en lambris blanc je me mis à songer à elle….