Les révolutions industrielles

Depuis 22 ans dans un carton destiné à la benne, sous l’escalier de la cave, ce tome d’une longue série intitulée L’Humanité en marche » a fait preuve de résistance. Finalement, la cave n’est pas si humide… J’ouvre page 180 : L’OMBRE DE L’ARGENT Maller alluma le lustre, fit étaler la housse de voiture sur la…

Le moulin de la Sourdine

À la cave, un petit carton caché derrière un gros… J’ouvre page 110 : Maillard ne répondait pas, Crudet vint lui parler sous le nez.  » Est-ce que la gendarmerie n’aurait pas dû l’arrêter ce matin ? Voyons ? » — Le dimanche, dit Maillard, ce n’est pas comme la semaine, les gens sont mal mélangés,…

Arsène Lupin, gentleman cambrioleur

Romans sous les combles, policiers classiques, étagère C. J’ouvre page 189 : Après un moment, M. Andermatt s’approcha de Varin, et, bien en face, les yeux dans les yeux :  » Maintenant que des années se sont écoulées, et que vous n’avez plus rien à redouter, répondez-moi, franchement, Varin. Qu’avez-vous fait de Louis Lacombe ?…

L’Été

Les romans traduits en français sont dans la bibliothèque de droite, près du tapis. J’ouvre celui-ci page 302 : Alors qu’elle se frayait un passage à travers les épaisseurs du rideau pour me raccompagner à l’extérieur, ce sentiment de bonheur s’intensifia encore, jusqu’à lui faire murmurer à mon oreille des paroles qu’on pouvait prendre pour…

Mission stellaire

Science fiction, dans les casiers transversaux sur le dessus des bibliothèques. J’ouvre page 86 : La jeune femme secoua la tête. « Cela ne me suffit pas, ma chère. Je présume qu’on a exécuté mes ordres antérieurs sur les précautions à prendre et qu’ils sont toujours en vigueur? » Elle se tourna brusquement vers le panneau de…

Le Roman de la Rose

Bibliothèque du milieu, tout au début, en haut à gauche. J’ouvre page 93 : « En vertu de cette amitié, dit Cicéron, en un sien traité, nous devons accueillir la requête de nos amis, si elle est honnête. Accueillons la encore, si elle est selon le droit et la raison. Dans le cas contraire, elle doit…

Le trésor de l’Indomptable

Combles et polars, étagère F, sur le dessus. J’ouvre page 119 : — Ah bon, reprit le magistrat. Lady Adelicia, je vous interroge officiellement. Jeudi après-midi, fête de Saint-Ambroise, vous vous êtes absentée, selon vos propres déclarations, au moins quatre ou cinq heures. Il se peut fort bien que vous soyez revenue, que vous ayez…

Anna, où es-tu ?

Vous n’en avez pas fini avec les étagères des combles. Étagère C. J’ouvre page 101 : — Ainsi, Mr Craddock est le beau-père des enfants, dit-elle avec un grand naturel. Le visage de Mrs Craddock s’empourpra légèrement. — Oh, oui. C’est merveilleux pour eux d’avoir un homme comme lui. Il était venu en vacances à…

Lord Peter et le Bellona Club

On remonte le second escalier, pour prendre dans la mansarde, étagère C, un polar. J’ouvre page 92 : Ils se hâtèrent de descendre, et ils attendaient le passage d’un taxi lorsque Wimsey fit soudain un bond vers le coin obscur d’une porte cochère et agrippa celui qui s’y dissimulait. Il y eut une courte lutte,…

L’ancre de miséricorde

Romans après Proust, bibliothèque de droite, planches du haut. J’ouvre page 89 : Pour dire vrai, nous avions un peu l’habitude de ces désordres et nous n’en aimions pas moins ces matelots plus braillards que méchants. La rude discipline du bord se relâchait à terre. Et leurs officiers eux-mêmes se montraient toujours prêts à la…

Un endroit discret

Romans traduits en français. Bibliothèque de droite, rayon au ras du sol. J’ouvre page 112 : 11 « À ce moment là, c’était donc Kônosuke Kubo qui me regardait ? » Depuis qu’il avait entrevu le visage du secrétaire général de l’entreprise de textile R, cette réflexion ne le quittait plus. … C’était par un après-midi lumineux…

La vie mode d’emploi

Romans après Proust – bibliothèque de droite, en haut de l’étagère du dessous, à droite, seconde planche. J’ouvre page 235 : Chapitre XLI Marquiseaux, 3 En réunissant l’ancienne chambre des parents Échard et la petite salle à manger et en y annexant la portion correspondante au vestibule, devenue dès lors inutile, et un placard à…

Le petit homme de l’Opéra

Sous les combles, l’étagère E – grands détectives en 10/18. J’ouvre page199 : « Drôle de rue, on se croirait au fond d’un ravin surplombé d’un pont ferroviaire, manque un train essoufflé. Oh, un escalier comme à Montmartre, en miniature, s’entend. Imaginerait-on que le Cours de Vincennes se cache derrière ces jardins ? C’est d’un calme!…

Coup bas à Hyderâdâd

Polars, la-haut sous les combles, étagère B. J’ouvre page 102 : « Dodus, mes garçons », se dit Bashir avec satisfaction. Les empoignant l’un après l’autre avec autorité, Malika essuyait, torchait, mouchait ses petits frères, examinant sans complaisance les yeux barbouillés de khôl et les cheveux emmêlés qu’elle fouillait d’un doigt expert. Elle ne les abandonna un…

Gil Blas de Santillane

Littérature classique – bibliothèque du milieu – rayon médian – XVIIIe siècle. J’ouvre page 200 : Dans le temps qu’il achevait ces paroles, nous vîmes sortir du village et entrer dans la plaine un grand concours de personnes de l’un et l’autre sexe. C’étaient les deux époux, accompagnés de leurs parents et de leurs amis,…

Le chat qui parlait aux fantômes

Mansarde à polars, étagère F – 10/18 J’ouvre page 49 : Qwilleran réfléchit. Les fleurs seraient des chrysanthèmes dorés et rouille, sans aucun doute. Il prit la lettre suivante datant du 30 septembre et nota un changement notable d’humeur. Iris Cobb écrivait : Chers Dennis et Cheryl, Je suis terriblement bouleversée. Je viens d’avoir les…