Chambre froide

C’est vrai que le temps fraîchit. Jour du polar, tout en haut de la maison. Etagère D. J’ouvre page 100 : Andy McLoughlin était on ne peut plus sceptique. Pour lui, une femme capable de raccorder une chaudière de chauffage central ne pouvait tout simplement pas exister. Sa mère, qui avait une vision plutôt rétrograde…

Le chien, 2

Sur le tapis. En partance vers un autre destin… J’ouvre page 76 : Le type du pur berger à poil court, est le Beauceron, les autres variétés en dérivent toutes plus ou moins.Comme tous les purs bergers, quelle que soit leur toison, il a le métier dans le sang et, dès son plus jeune âge,…

Poèmes d’enfants

Revues de poésie petit format, casier transversal au-dessus de la bibliothèque du milieu. J’ouvre page 77 : Ariane ma sœur… À peine sortie du berceau, la fusée fit une fugue avec son satellite.Ensemble ils voulurent escorter les vautours et les aigles, faire la chasse aux étoiles filantes, jouer à cache cache avec les arc-en-ciel.Un technicien…

Les maoccidents

Petite rangée de livres politiques, bibliothèque de droite, étagère supérieure – sous les Antiques… J’ouvre page76 : Par delà les ruptures personnelles, les clivages idéologiques, les ex-maos ont conservé bien des traits communs. D’abord, la certitude que la guerre des idées est la seule qui importe, et qu’elle ne se gagne pas avec des gants…

Trois nouvelles de la Bibliothèque

Un nouveau livre de La Baraque de Chantier… «L’apport de Jorge Luis Borges à la bibliothèque en tant que thème littéraire est si important que toute variation après lui (si ce n’est avant lui) n’est que la répétition d’un des motifs qu’il a dessinés. Je me rappelle un poème anonyme publié dans la revue Sur, dont…

Assassins et poètes

Étagère F, là-haut sous le toit. Les classiques en 10/18. J’ouvre page 55 : Le juge Ti lui jeta un regard perplexe.— Mais que voulez-vous dire exactement ? lui demanda-t-il posément.— C’était une renarde, Excellence ! Une renarde qui se faisait passer pour une jolie jeune fille, afin de mieux l’ensorceler. Et quand il fut…

Sodome et Gomorrhe

Mais je ne savais pas qu’il y avait tous ces Proust à la cave ! J’ouvre page 225 : Quand Cottard avait voulu revenir, Ski avait répondu : « Mais rien ne presse. Aujourd’hui, ce n’est pas le train local, c’est le train départemental. » Ravi de voir l’effet que cette nuance dans la précision produisait sur…

regards corpusculaires

Mur ouest, les poètes, grand format. J’ouvre page 17 : Déserts Poudroiement au loin des déserts. D’invisibles élytres verbalisent toute absence. Nuits sans fin. Mirages. Des chalands d’impuissance font vibrer toute colombe dans l’air blanc du matin.Air et colombes se confondent. Des harangues traversent, envoûtent les caravanes passagères. Une oasis au loin, affleurant ses neiges,…

Le guide de la cuisine des terroirs

Il y a longtemps que le hasard ne m’avait pas guidée vers le rayon cuisine. Rez-de-Chaussée. J’ouvre page 32 : Amourettes de veau à la crème Faire dégorger les amourettes à l’eau froide et ôter la première peau.Les détailler en tronçons.Les pocher à l’eau salée et vinaigrée avec thym et laurier. Laisser refroidir puis égoutter.Passer…

Fondation foudroyée

Anticipation, fantasy et S.F., casier transversal supérieur, au-dessus des bibliothèques. J’ouvre page 193 : Hyperespace 31. Trévize dit : « Êtes vous prêt, Janov ? ».Pelorat leva les yeux du livre qu’il visionnait et répondit : « Vous voulez dire pour le saut, mon brave compagnon ? »— Pour le saut hyperspatial, oui. »Pelorat déglutit : « Bon, vous êtes sûr…

Cinq psychanalyses

Bibliothèque de gauche – psychanalyse, rayon supérieur, à droite (j’ai rangé – et certains blocs ont changé de place). J’ouvre page 217 : Il me demande comment il est possible qu’une pareille idée puisse être intermittente. Elle a surgi, pour un moment, à l’âge de 12 ans, ensuite à l’âge de 20 ans, et a…

Le sentier des nids d’araignée

Romans traduits en français, bibliothèque de droite, au milieu de l’étagère du bas. J’ouvre page 85 : — Je ne sais pas, dit Pino. Où tu vas, toi ?— Je vais au camp.— Tu m’emmènes ? demande Pino.— Viens. T’as mangé ?— Des cerises, dit Pino.— Bon. Tiens, du pain.Il tire un bout de pain…

Maigret et Monsieur Charles

J’essaie de tenir le rythme des polars, sinon on n’en finira pas. De la cave. J’ouvre page 93 : Il était embarrassé et il eut une ombre de sourire.— Vous devez savoir, n’est-ce pas ? Ce n’est pas à moi de parler d’elle… Je ne suis que le chauffeur…— Comment se comportait-elle avec vous ?—…

La Comédie humaine

Pléiades en vitrine, les Balzac. La vie de province. J’ouvre page 469 : Ici peut-être est-il nécessaire de dire un mot de l’établissement. L’imprimerie, située dans l’endroit où la rue de Beaulieu débouche sur la place du Mûrier, s’était établie dans cette maison vers la fin du règne de Louis XIV. Aussi depuis long-temps les…

Le Cahier du Refuge n°59

Toujours au-dessus de la bibliothèque, celle du milieu, avec les petites revues de poésie. J’ouvre page 11 : Des mots sur un plan Pour qu’il se change en espaceParce que les mots sont de l’espace (ainsi les mots je t’aime donnent son volume à l’amour et le mot ciel ses hectares au lieu entre les…

Sénèque. Extraits

Casier transversal au-dessus de la bibliothèque. Les traductions en petit-classique — la bénédiction du potache (rappelez-vous, Internet n’existait pas). J’ouvre page 59 : J’ai vu des gens affligés dans une villa gaie, agréable. J’en ai vu en pleine solitude qui se donnaient l’air d’être affairés. Aussi ne dois-tu pas croire que si ton âme ne…